« Le sel de la terre »… Wim Wenders filme Sebastião Salgado

Chroniques, Films

Pour utiliser la formule de Julio Cortázar, à sa façon, le dernier film de Wim Wenders est plusieurs films, mais il est surtout deux films…

Le sel de la terre - affiche

D’un premier côté, il s’agit de suivre en ordre chronologique la vie et le parcours professionnel d’un économiste qui devient photographe ; d’un autre côté, plus intéressant, c’est la recherche de son âme, et de l’âme des hommes, à travers les photos qu’il a prises, les pays qu’il a visités, les horreurs et les beautés qu’il a vues.

Le documentaire, genre déjà exploré à plusieurs reprises par Wim Wenders (Buena Vista Social Club, 1999 ; The Soul of a Man, 2004 ; Pina, 2011…) expose le résultat de l’observation de Sebastião Salgado à travers ses photos : le photographe trouve l’intolérable, la guerre, la misère, la famine, la cruauté. Raisonnablement déçu de l’homme, il abandonne son métier.

Il trouvera cependant, comme Dante après d’avoir visité l’Enfer, le chemin vers le Paradis. Mais il s’agit d’un Paradis (ou Genesis) peuplé par des arbres, des animaux, des océans, des hommes primitifs.

Argentine 2004
Argentine 2004

Le film essaie d’être polyphonique, raconté par Salgado, son fils et Wenders, mais il n’y a pas de dialogue, ou de contraste. Il y a seulement la voix de Salgado qui pèse, qui s’impose. Plus qu’un film, c’est un monologue, ce qui explique le silence sur certains sujets comme les critiques à l’inauthenticité, à l’esthétisation de la misère, ou le financement de son pharaonique projet par la deuxième entreprise minière du monde.

Le film est comme le travail de Salgado : beau, esthétique, touchant, courageux, mais aussi peut-être un peu chargé de contrastes et d’effets lyriques, peut-être un peu manichéen et un peu ambigu.

Pour en savoir plus :

Print Friendly, PDF & Email
Carlos

Passionné de cinéma, je parcours les salles obscures parisiennes dès que je le peux, entre les cours d’espagnol que je donne dans plusieurs écoles et universités, mon travail auprès de l’UNESCO et ma thèse sur « Le post-humanisme dans la trilogie du XXème siècle de Jorge Volpi et deux romans de Michel Houellebecq ». Après des études de littérature en Colombie, dont je suis originaire, j’ai rejoint la France pour plonger dans un bain de culture dont je ne cesse de m’émerveiller. Souvent armé de deux, trois, voire quatre livres, je suis avide de découverte ou de redécouverte, relisant souvent des ouvrages qui m’ont marqué et dont je veux continuer de m’imprégner. Je suis aussi très impliqué sur le plan associatif, au sein d’Amnesty International, de Sea Shepherd, ou encore de L214, les deux dernières confirmant mon engagement sans faille en faveur des droits des animaux.

2 commentaires

Et vous, qu'en avez-vous pensé ?