Lire, lire, lire…

Chroniques, Livres

Plusieurs semaines ont passé depuis le dernier article « lectures » sur le blog. J’ai englouti plusieurs livres, fait de très belles découvertes, fait confiance à des auteurs que je connaissais bien et à d’autres qui m’étaient totalement inconnus. J’ai varié les genres, les langues, le nombre de pages… je me suis nourrie de toutes ces lignes, avec, en tournant les dernières pages, toujours la même envie de vite recommencer, et l’impression, étrange, de vivre un peu plus grâce aux livres.

Parmi mes lectures (plus ou moins) récentes, j’écarte d’office deux ouvrages : Soumission de Michel Houellebecq, que j’ai personnellement beaucoup aimé mais qui a été déjà beaucoup décortiqué / analysé / expliqué / décrié (et Carlos en parlerait sans doute mieux) ; L’Eden la nuit de Guillaume de Sardes, qui devrait faire l’objet d’un article-interview dans les semaines à venir.

Voici donc quelques idées de lecture.

Premier amour de Samuel Beckett (Les éditions de Minuit)

Premier amour Samuel BeckettDérision, cynisme, désenchantement… voici ce que l’on trouve dans le récit de ce « premier amour », un récit où Beckett oscille entre le désir et la peur d’aimer, la quête de la compagnie, la crainte du rejet et la préservation de la solitude.
Une cinquantaine de pages drôles, denses, violentes aussi, que l’on dévore sans respirer.


La boîte noire d’Amos Oz (Collection Folio, Gallimard)

La boîte noire Amos OzUn roman épistolaire, entre un père, un fils, un beau-père, une mère, un avocat… ce qui semble prendre la voie d’un règlement de compte autour du cas d’un jeune homme un peu paumé, sert finalement à retisser des liens qui se sont distendus avec le temps et la haine, à rappeler des souvenirs amers et doux, à faire (un peu) céder les postures et rendre plus paisibles les heures passées du côté de la vie… comme un boîte noire qui révèlerait ses secrets.


Electre à La Havane de Leonardo Padura (Points Policier)

Electre à la Havane Leonardo PaduraLe lieutenant Mario Conde, policier à La Havane et personnage central de l’oeuvre de Leonardo Padura, est chargé de retrouver le meurtrier d’un fils d’un diplomate cubain, retrouvé mort au bord d’un lac vêtu d’une robe rouge. S’ensuit une enquête mêlant pouvoir, religion et travestis, et un récit qui manie l’humour avec agilité tout en dressant le portrait d’un pays sous tension.


Villa Amalia de Pascal Quignard (Folio, Gallimard)

Villa Amalia Pascal QuignardAnn vient de découvrir que son compagnon la trompe, un électrochoc qui l’emmène là où son quotidien l’empêchait d’aller : à la (re)découverte d’elle-même. Elle organise alors une forme de disparition : elle vend la maison qu’ils occupaient, quitte son travail, efface ses traces, brouille les pistes, et entame sa renaissance sur le sol italien, dans une maison isolée, battue par le vent et les embruns, la Villa Amalia. Elle renaît alors à la vie, à l’amour, à la musique (qu’elle joue et compose), à elle-même.


Valet de pique de Joyce Carol Oates (Philippe Rey)

Valet de pique Joyce Carol OatesUn très bon thriller de Joyce Carol Oates, qui met en scène Andrew J. Rush, auteur américain à succès vivant paisiblement dans le New Jersey, qui cache à tout son entourage son double diabolique, Valet de Piques, par l’intermédiaire de qui il publie des livres noirs, pervers, qui choquent tous ceux qui en tournent les pages. Sa petite existence se trouve ébranlée par une voisine une peu agitée qui va porter plainte contre lui pour plagiat, et par sa propre fille, bouleversée de retrouver dans les bouquins du Valet nombre de détails un peu trop autobiographiques…


Je n’ai pas recensé ici toutes mes lectures (j’ai un léger problème d’addiction niveau littéraire) mais en voici quelques unes qui pourraient agrémenter vos soirées / vacances / trajets en bus… Et puis bien sûr, n’hésitez pas à commenter et à nous donner vos quelques bonnes lectures !

 

Print Friendly, PDF & Email

D'accord ? Pas d'accord ? Exprimez-vous !