28 juin 2022

« Radio Daisy » : fragments d’un parcours amoureux

C’est à une expérience tout à fait inédite et captivante que nous convie la Maison de la Radio et de la Musique (Paris 16) : depuis le 14 décembre, et jusqu’au 16 janvier, le hall et la nef de la maison ronde accueillent Radio Daisy, une « scénographie immersive » de l’artiste Cécile Léna. Une plongée sensorielle captivante dans un univers d’une grande poésie, hommage à la radio, qui raconte aussi et surtout, à travers les destins d’un boxeur et d’une trapéziste amoureux, une histoire de femm…ille émouvante.

Scénographe, Cécile Léna crée, depuis une quinzaine d’années, des « spectacles miniatures » qui fascinent par leur beauté plastique autant qu’ils touchent par leur faculté à parler à nos souvenirs et émotions personnels. Radio Daisy, sa septième création, poursuit, avec pour fil conducteur la présence rassurante et familière de la radio dans nos vies, l’histoire éclatée de deux de ses personnages, un boxeur et une trapéziste follement amoureux mais séparés par le destin. Une saga romanesque commencée avec L’Espace s’efface en 2008, et continuée au fil des années avec Kilomètre zéro, Freeticket et Columbia Circus, qui seront présentés fin février – début mars au Tandem, Scène Nationale à Arras (62).

Dans Radio Daisy, créée à l’occasion des 100 ans de la radio en France, sept moments de radio familiers ou historiques (la météo marine de Marie-Pierre Planchon, le discours du Maréchal Pétain du 17 juin 1940, le Jeu des Mille Francs, Macha Béranger…) relient sept instants de la vie de ces personnages, dans sept endroits différents : une chambre en Chine, un hôtel mythique dans le sud de la France, une cabine téléphonique dans le désert de l’Arizona, un drive in où est projeté un film, un studio de radio américain, une modeste cuisine donnant sur les toits de Paris et un taxi parisien dans lequel on s’engouffre réellement.

Le concept est un peu difficile à expliquer.

Imaginez des « boîtes », des sortes d’isoloirs ou de cabines photo, dans lesquelles vous entrez seul. Peu importe l’ordre, à condition de terminer par la Panhard PL17 si vous souhaitez conserver le dénouement pour la fin – mais il est aussi tout à fait possible de rassembler les fragments sonores des boîtes à partir de l’épilogue.

Dans chaque cabine, vous réglez votre siège à hauteur du décor, posez un casque sur vos oreilles, appuyez sur un bouton pour lancer le tout. Et, durant 4 minutes, vous voici emporté dans un univers fait de bribes de dialogues, de bruitages, de musique, d’extraits d’émissions de radio. Le son a d’ailleurs été spatialisé par Radio France, pour une immersion encore plus profonde.

Aucun personnage visible dans ces espaces miniatures et pourtant, grâce à la synchronisation du son, des lumières, des effets spéciaux… et de votre imagination, tout vibre et frémit pleinement de vie.

J’ai personnellement rencontré le travail de Cécile Léna par mon travail. Je suis allée voir Radio Daisy en avant-première dans son atelier, alors que les boîtes étaient à nu, la technique (complexe) visible derrière les décors. Un choc esthétique qui s’est terminé par des larmes d’émotion, à la dernière seconde dans le taxi (vraiment génial), à côté de l’artiste. Première fois de ma vie que je pleurais en public. C’est dire comme j’ai été bouleversée.

Mercredi dernier, j’y ai emmené mon fils de 9 ans sans préjuger sa réaction, mais avec l’espoir qu’il serait aussi touché que moi. Bingo. Bien qu’il n’ait pas compris l’intrigue, que je lui ai expliquée ensuite, il a été enthousiasmé par la beauté, la créativité et le goût du détail jubilatoire (même si sans souci d’échelle) de ces maquettes, intrigué par les artifices utilisés, empruntant au théâtre, à la magie, au cinéma.

Nous irons donc à Arras dans quelques mois pour connaître le « prequel » de l’histoire, en espérant que Radio Daisy n’en soit pas l’épilogue définitif (car, pour mon fils, plusieurs questions restent en suspens) !

Courez-y vite, il ne reste plus que 7 jours pour faire ce voyage immobile, à la fois intime et dépaysant. Peut-être vous faudra-t-il refaire le parcours pour savourer pleinement le sens de chacune des boîtes rétrospectivement, comme je l’ai fait la semaine dernière. Il y a fort à parier, en tout cas, que cette expérience immersive ne vous laissera pas indifférent.

Infos pratiques :

Nef de la Maison de la Radio et de la Musique 116 avenue du Président Kennedy 75016 PARIS
Entrée libre sur présentation d’un pass sanitaire valide
Du mardi au samedi de 11h à 20h, le dimanche de 11h à 18h
Tous publics à partir de 8 ans
Radio Daisy n’est pas accessible aux personnes à mobilité réduite non accompagnées.

Pour en savoir plus :

Céline

J'aime bidouiller sur l’ordinateur, m’extasier pour un rien, écrire des lettres et des cartes postales, manger du gras et des patates, commencer des régimes, dormir en réunion, faire le ménache, pique-niquer, organiser des soirées ou des sorties « gruppiert », perdre mon temps sur Facebook et mon argent sur leboncoin.fr, ranger mes livres selon un ordre précis, pianoter/gratouiller/chantonner, courir, "véloter" dans Paris, nager loin dans la mer…

Voir tous les articles de Céline →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code