Robert Johnson, par Valentin

L'art en nous

Au fil de nos lectures, de nos découvertes musicales ou cinématographiques, de nos divers émois esthétiques, nous rencontrons des créateurs, des œuvres, des mouvements artistiques qui, parfois, nous touchent profondément et durablement. Dans cette rubrique « L’art en nous », vous partagez avec nous l’empreinte laissée par l’une de ces rencontres.

Valentin connaît beaucoup de choses, des plus utiles aux plus futiles : capable de citer tous les partis politiques européens comme l’intégralité des castings des séries AB, fan de Yoshihiro Togashi, David Bowie ou encore Saint Seiya, il peut également disserter des heures sur la nécessité d’une VIème République, la chirurgie esthétique des stars de k-pop ou les transgenres !

Aujourd’hui, place à la simplicité et la sobriété : il nous invite à découvrir son choc musical, Robert Johnson, légende du blues qui lui a, par hasard, décollé un jour le nez de son steak frites et ouvert les oreilles à la musique.

Pour en savoir plus :

Vous voulez participer à cette rubrique ? Contactez-nous.

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  • Je connais Robert Johnson depuis les années 70: pour les amateurs de blues de ma génération, c’ était déjà une icône incontournable :-). Ses enregistrements techniquement sommaires – même à l’époque – ajoutaient justement à la PROXIMITE que nous ressentions. Je suis heureuse de le retrouver ici: à travers le temps, la chaine sensible se poursuit, donc. Valentin, dans mes bras, mon frère ! 🙂

D'accord ? Pas d'accord ? Exprimez-vous !