Les femmes et les enfants d’abord

Chroniques, Livres

Au programme, deux très belles histoires mêlant des secrets, des non-dits, des hommes qui souffrent, des femmes qui se battent et des enfants qui sauvent. Deux livres qui vous emportent dans le mystère de vies tourmentées et pourtant pleines d’une irrépressible énergie. Deux tragédies seulement illuminées par la présence d’un enfant.

Dans Le confident, premier roman plusieurs fois primé et traduit d’Hélène Grémillon, passé et présent se disputent le suspense et la tension d’un secret qui a survécu aux années, à la guerre, à la tristesse aussi.

Nous sommes en 1975. Camille est une jeune éditrice qui vient de perdre sa mère. Bouleversée, elle se met à recevoir des lettres étranges, intenses, faisant le récit d’une jeune femme généreuse qui s’est peu à peu perdue au milieu de ses engagements et de ses désirs. Des lettres qui racontent aussi l’amour d’une femme écrasée par la culpabilité et dépassée par sa quête infinie de l’enfant. Et tout au long de ses lectures, c’est au cœur de sa propre histoire et de sa propre identité que Camille plonge sans se méfier.

L’amour sans le faire, poétique roman de Serge Joncour,  met pareillement en scène des personnages marqués par le drame, écartelés par l’incompréhensible douleur.

Franck a laissé passer dix ans depuis son dernier contact avec ses parents. Fatigué par la vie parisienne, il décide de retourner quelques jours là-bas, à la ferme. Il ne sait pas à quoi s’attendre, si ce n’est à tomber sur un couple de vieux paysans usés. Lorsqu’un enfant paraît, celui de Louise, celui qui a maintenu la vie entre les épais murs des bâtisses, celui qui a tenu éveillée une mère oscillante, celui qui  a dépoussiéré les habitudes figées par le deuil. Tous deux marqués au fer rouge d’une même perte, Louise et Franck entament, sous un soleil écrasant, une timide renaissance.

Je ne vous promets pas de lectures sourire aux lèvres. Je ne vous promets pas d’éclats de rires incontrôlés. Mais vous serez émus, et parfois même saisis par les mots d’Hélène Grémillon et de Serge Joncour. Ils racontent avec pudeur et tendresse les maladroites entreprises d’hommes et de femmes qui ne veulent finalement qu’une seule chose : vivre le mieux possible.

  • Le confident, Folio, 2012
  • L’amour sans le faire, Flammarion, 2012

Pour en savoir plus :

Lire aussi :

1 commentaire sur “Les femmes et les enfants d’abord

  • Je viens de lire “Le confident”. D’un seul trait, c’est dire…
    Bientôt, j’attaque “L’amour sans le faire” et je sais par avance que je ne serai pas déçue.

    Merci pour ces découvertes sensibles, pour l’éclairage intimiste qu’elles apportent sur des drames individuels trop souvent logés au plus profond des coeurs, mais aussi trop souvent insoupçonnés. Elles nous rappellent qu’au-delà de nos différences et de nos différends nous sommes avant tout des êtres qui tentent de “vivre le mieux possible”.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ?