Pierre Soulages, par Clara

L'art en nous
Spread the love

Au fil de nos lectures, de nos découvertes musicales ou cinématographiques, de nos divers émois esthétiques, nous rencontrons des créateurs, des œuvres, des mouvements artistiques qui, parfois, nous touchent profondément et durablement. Dans cette rubrique « L’art en nous », vous partagez avec nous l’empreinte laissée par l’une de ces rencontres.

Clara est actuellement étudiante en khâgne. Elle est, depuis son plus jeune âge, sensible à tout ce qui touche aux arts et a pratiqué plusieurs instruments de musique, beaucoup écrit et fait du dessin. La vie parisienne lui a fait découvrir sa palpitation culturelle et notamment ses musées. La découverte de Kandinsky a été le fondement d’une passion et fascination pour l’art abstrait.

Pour l’art en nous, elle a souhaité nous parler de son saisissement devant la puissance de l’oeuvre de Pierre Soulages.

Pour en savoir plus :

Vous voulez participer à cette rubrique ? Contactez-nous.

Print Friendly, PDF & Email

Céline et Marie à 4 mains.

1 commentaire sur “Pierre Soulages, par Clara

  • Dans notre volume : Claudine Sigler/Dominique Janneteau, « Vernissages » (avril 2016):

    Le Noir

    J’aime le noir qui n’est pas noir
    Mais qui quelquefois fait des siennes ;
    J’en adore la matité,
    Ou la brillance d’obsidienne,
    Les reflets qu’il renvoie, de face ou de côté,
    Comme s’il était un miroir.

    J’aime qu’il prenne en lui la chaleur de la terre,
    Moi qui ai toujours un peu froid,
    Et j’aime qu’il absorbe aussi toute lumière,
    Pour que j’y croie, même sans foi.

    Je l’aime quand il entrecroise
    Des reflets de braise et d’ardoise ,
    Quand jaillit dans les nuits d’été,
    Un éclair dans l’obscurité :
    Quand on sent fondre le bitume,
    Quand l’encre coule de ma plume…

    J’aime porter du noir, et sur moi j’imagine
    La soie souple ou le velours chaud
    De la robe de Piaf, de celle de Greco ;
    Si le noir fait la jambe fine,
    Je l’aime sur les croquenots,
    Sur les mitaines, les chapeaux
    Qui noient les regards dans leur ombre.

    J’aime le noir aux éclats sombres :
    C’est un coup d’éventail assené par Goya,
    C’est le piano de Barbara.

    Et puis je l’aime, enfin, car en mille fragments ,
    L’antique khôl des maquillages,
    La cendre du tabac, et les charbons ardents,
    Composent les tableaux chatoyants de Soulages .

    Claudine Sigler (31 décembre 2015- 9 février 2016)

D'accord ? Pas d'accord ? Exprimez-vous !