Hong Sang-soo, par Guillaume

L'art en nous

Au fil de nos lectures, de nos découvertes musicales ou cinématographiques, de nos divers émois esthétiques, nous rencontrons des créateurs, des œuvres, des mouvements artistiques qui, parfois, nous touchent profondément et durablement. Dans cette rubrique « L’art en nous », vous partagez avec nous l’empreinte laissée par l’une de ces rencontres.

Aujourd’hui, c’est au tour de Guillaume, 31 ans, de nous faire partager un coup de cœur artistique. Cinéphile rennais (mais pas que), il écrit de temps à autres sur le cinéma (mais pas que) pour le webzine culturel Culturopoing.

C’est donc tout naturellement qu’il nous parle de cinéma et de sa passion pour Hong Sang-soo, réalisateur coréen (dont le dernier film, Haewon et les hommes, est actuellement en salles), depuis qu’il a vu Turning Gate, il y a quasiment dix ans… Son cinéma le touche tellement qu’il lui a dédié un Tumblr et un Twitter (voir plus bas).

Pour en savoir plus :

Vous voulez participer à cette rubrique ? Contactez-nous.

Print Friendly, PDF & Email

Céline et Marie à 4 mains.

3 commentaires

  • Hong Sang-soo, très fort. Un cinéma simple, simplement efficace. Il dit beaucoup de l’homme coréen, alcool et sexe faible, de l’homme tout court. Prolifique, presque 2 films par ans! mais ne pas oublier sa trilogoe qui l’a fait (discrètement) découvrir en France. Un régal distribué par ASC distribution, petite maison, très beaux choix… « Le pouvoir de la province de Kanwon », « Le jour où le cochon est tombé dans le puits », « La vierge mise à nue par ses prétendants ». http://www.ascdistribution.com/catalogue.asp?Direction=Next

    • Oui, c’est vrai que Guillaume en avait un peu parlé aussi, mais en 3′, on doit couper… Cela dit, Guillaume nous prépare un article plus complet sur HSS pour la sortie de son prochain film (dans quelques mois, donc, a priori ;-))… A suivre !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ?