« La sorcière du placard à balais » par la compagnie et son personnel de bord

Featured
Spread the love

De passage sur Lyon, mon acolyte de cinq ans et moi avons le temps de faire un détour par les petites salles de théâtre de la ville. Ce samedi, découverte enchantée du travail de la Compagnie et son personnel de bord avec son adaptation réussie de l’un des Contes de la rue Broca de Pierre Gripari : « La sorcière du placard à balais », à l’Acte 2 Théâtre, jusqu’à dimanche prochain. Amis lyonnais, n’hésitez pas à y emmener vos jeunes enfants pour 45 minutes de rires et d’interactivité.

La sorcière du placard à balais - La compagnie et son personnel de bord - Photo © Céline pour LMEN

C’est un peu par hasard, en cherchant un spectacle familial local, que je suis tombée sur cette adaptation de l’un des contes de Pierre Gripari, jouée dans une salle intimiste : l’Acte 2 Théâtre. La programmation y est en grande partie dédiée aux enfants. On demande d’ailleurs aux parents de laisser s’installer les petits au milieu des rangées et de s’asseoir au bord, pour une bonne visibilité.

Mon avis sur ce trente-deuxième spectacle vu avec mon fils en trois-quatre ans ? Une trouvaille très plaisante, tant le spectacle est vivant, interactif et drôle. Dans un décor unique et astucieux (une maisonnette qui se déplie pour en dévoiler l’intérieur), les spectateurs suivent les mésaventures de Monsieur Pierre qui achète, pour cinq euros, une maison… hantée par une sorcière cachée dans le placard à balais. Celle-ci n’apparaît que si l’on chante trois fois d’affilée cette ritournelle : « Sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière ». Bien sûr, Monsieur Pierre, qui s’amuse à l’entonner sans la terminer, finira par prononcer la formule en entier !

La sorcière du placard à balais - La compagnie et son personnel de bord - affiche

Menée avec entrain par trois comédiens dynamiques, la pièce, à l’intrigue très simple, a été travaillée pour faire participer et réagir le public du début jusqu’à la fin – dans l’esprit de Guignol. Les enfants adorent, lèvent la main pour intervenir, crient pour avertir le héros, chantent la formule magique et, pour les parents, le spectacle est autant sur scène que dans la salle. On rit, non seulement à l’humour de l’histoire et aux trouvailles de mise en scène, mais aussi aux « bons mots » des enfants et aux réponses amusantes du comédien qui incarne Monsieur Pierre, sans aucun doute rôdé à l’improvisation et qui rebondit intelligemment sur la plupart des interventions qui ont parfois bien du mal à s’arrêter.

La mise en scène et la scénographie sont pimpantes : j’ai apprécié le jeu de lumières, l’utilisation de musique et bruitages, la présence de marionnettes amusantes. Le maquillage et le costume de la sorcière, réussis, peuvent impressionner les plus petits, surtout lorsqu’elle jaillit la première fois du placard à balais. Mais, dans la salle, les enfants entre 3 et 7-8 ans semblaient plus réjouis que terrorisés.

Le spectacle est d’une durée idéale (45 minutes) pour les plus jeunes spectateurs (entre 3 et 8 ans, je dirais), même si le début avec le notaire est peut-être un peu long, avec un comique de répétition dont je ne suis pas très adepte. Il respecte l’esprit de Pierre Gripari et c’est bien l’essentiel. Parents et enfants passent un excellent moment et il vous sera difficile de ne pas avoir en tête toute la fin de journée le fameux « Sorcière, sorcière, prends garde à ton derrière ! »

Jusqu’au dimanche 5 novembre (relâche jeudi)

Pour en savoir plus :

Print Friendly, PDF & Email
Céline

Co-fondatrice du blog, webmaster.

D'accord ? Pas d'accord ? Exprimez-vous !